La trousse de secours entreprise


L’article R4224-14 du Code du Travail affirme que chaque lieu de travail doit être équipé d’un matériel de premiers secours adapté à la nature des risques et facilement accessible. Cependant, aucun texte n’indique, quels sont les éléments qui devront servir dans les interventions de premiers soins d’urgence étant donné que chaque lieu de travail ne présente pas le même degré de danger. C’est pourquoi, la liste de ces matériels et accessoires sera confiée au médecin de travail, qui aura pour tâche d’évaluer les risques qu’encourent les employés dans leur milieu de travail et dans l’exercice de leurs activités.

Ainsi, regroupés dans la trousse de secours entreprise, ces derniers devront répondre aux besoins de l’accidenté, ou du malade, et être adapté aux premiers soins d’urgence en attendant que les secours professionnels prennent le relais. Pour ne pas retarder les soins, l’emplacement de cette trousse de secours entreprise doit faire l’objet d’une signalisation et doit être connu de tous les employés.

Il faut préciser que selon l’estimation de la Croix Rouge, porter secours à une victime dès les premiers instants et jusqu’à l’arrivée des secours, lui apporte 10% de chances de survie en plus.

 

Contenu de la trousse de secours entreprise

 

Il est normal que le matériel de base de toute trousse de secours doive être présent comme les compresses stériles, les pansements, le sparadrap hypoallergénique, les bandes extensibles, les solutions antiseptiques, la pince à échardes, les ciseaux à bouts arrondis et des gants à usage unique.

A cela peut s’ajouter d’autres matériels qui peuvent être nécessaires pour leur côté pratique et compte tenu des activités de l’entreprise, à savoir : le masque bouche-à-bouche, le CHU ou coussin hémostatique d’urgence, le rince yeux, la couverture de survie, le défibrillateur automatisé externe, etc.

Lors de la constitution de la trousse de secours entreprise, il faut simplement garder à l’esprit, qu’aucun médicament ne doit y être retrouvé parce que la tolérance pour un tel ou tel produit chimique diffère d’une personne à une autre.