Matériel d’urgence

Matériel d’urgence


Depuis quelques années, l’évacuation du malade ou de l’accidenté vers un centre hospitalier n’est plus une priorité. Ce sont les entités spécialisées dans le domaine de l’urgence qui vont vers eux et non le contraire. La rapidité avec laquelle elles se déplacent procurent la confiance des concitoyens et accentuent la priorité donnée à ce système. C’est pourquoi, dans les formations pour apprendre les gestes de premiers secours, l’appel téléphonique pour alerter les urgences priment.

Dans un souci d’humanisme, une personne qui est témoin d’un drame (accident, malaise, maladie, etc.) qui se produit sur autrui, a le devoir de lui venir en aide. La survie d’une personne est en jeu et ne doit en aucun cas être négligée, sous peine de devoir répondre devant les instances compétentes de non-assistance à personne en danger.

Ainsi, devant la détresse humaine, les témoins doivent, en tout premier lieu, protéger la ou les victimes d’un suraccident et de tout danger. Pour cela, il faut la ou les mettre en lieu sûr. Ensuite, vient l’évaluation de l’état de ces personnes en état critique qui est nécessaire avant d’alerter les urgences car cet examen de la situation va permettre de transmettre les données utiles et primordiales lors de l’appel. Chaque personne vivant sur le sol français a le devoir de connaître les numéros d’urgences qui sont : le 15 aboutit à la centrale d’appels située au SAMU et va coordonner l’aide médical urgente du département, le 17 pour la police et la gendarmerie, le 18 pour les sapeurs-pompiers et le 112 est le numéro européen.

Mais en attendant l’arrivée des urgences comme le SMUR, ils doivent administrer des soins aux victimes et effectuer les gestes de premiers secours. Malheureusement, moins de 7% des Français ont pris une formation de ce genre alors qu’une notion ou mieux encore, une maîtrise de ces gestes pourrait changer la vie des victimes. Un matériel d’urgence à portée de main est également un élément important dans l’administration de soins et augmentera les chances de survie de ces personnes en danger de mort.

Selon les informations qui lui sont transmises, le secouriste constitue son matériel d’urgence. Cependant, il ne faut pas faire abstraction des essentiels qui doivent forcément se trouver dans le sac d’urgence de diagnostic. Il est préférable de choisir ce dernier pour ses propriétés anti-choc et avec des compartiments, ceci afin de protéger le matériel d’urgence et pour pouvoir retrouver rapidement les instruments à utiliser.

 

Le matériel d’urgence pour le diagnostic

 

Un sac peut être disposé à recevoir par exemple tout le matériel de diagnostic à l’exemple de :

-          Le tensiomètre qui est un appareil qui permet de mesurer la tension artérielle soit, la pression du sang dans les artères.

-          Le thermomètre pour mesurer la température

-          Le stéthoscope qui sert à ausculter les bruits du corps à travers la paroi

-          Le défibrillateur automatisé externe (défibrillateur entièrement automatique ou défibrillateur semi-automatique) ou cardioscope-défibrillateur qui diagnostique à partir d’un électrocardiogramme le rythme cardiaque et qui, s’il s’avère nécessaire, délivre des électrochocs afin de normaliser ce dernier. C’est donc en même temps un appareil de diagnostic mais aussi, un appareil de réanimation.

-          L’oxymètre de pouls pour mesurer automatiquement le rythme cardiaque et le taux d’oxygène transporté par le sang. L’examen de la victime se fait de manière non invasive c’est-à-dire, sans injection ni prélèvement sanguin. Cet appareil est utile lorsque le patient présente des pathologies cardiaques, des problèmes pulmonaires, des pertes de conscience, etc. Il permet ainsi de prendre des décisions telles la nécessité d’exécuter une oxygénothérapie.

 

Matériel d’urgence pour l’oxygénothérapie

 

L’oxygène (O2) est un gaz indispensable à toute vie sur terre et dans les cas d’urgences, il peut s’avérer être un médicament qui peut être administré sans avoir peur de déclencher des effets secondaires. Il peut aider à normaliser beaucoup de troubles au niveau du corps humain. Il est donc toujours intéressant de se munir d’un matériel d’oxygénothérapie qui permettra de dispenser des premiers soins efficaces. Il se révèle encore plus utile si la personne est en détresse ventilatoire.

-          un aspirateur de mucosité qui peut être manuel ou électrique et qui va servir à désobstruer les voies aériennes. Notons que la désobstruction est le premier geste à effectuer avant d’effectuer tout acte de réanimation car si des éléments gênent les voies respiratoires alors il est inutile de pratiquer les insufflations qui seront inefficaces.

-          Un insufflateur qui est un instrument qui permet d’insuffler de l’oxygène ou des médicaments sous forme de poudre au malade ou au blessé à partir de ses voies respiratoires.

-          Des masques d’oxygénothérapie

-          Un laryngoscope, un instrument médical qui servira à effectuer une intubation, à placer dans la trachée ou intubation trachéale car il permet de visualiser la glotte. Composé d’une lame courbe ou droite qui s’illumine grâce à l’ampoule située au bout et d’un manche, il va permettre la ventilation mécanique et gardera les voies aériennes libres et étanches.

-          Des canules de Guedel pour maintenir les voies aériennes du patient ouvertes en empêchant l’affaissement de la langue.

-          Une bouteille d’oxygène : Dès que la victime est dans une détresse vitale (inconscience, hémorragie, arrêt cardio-respiratoire, etc.) l’oxygène peut être administrée. Celle-ci fonctionne de façon autonome grâce à la pression du gaz dans la bouteille.

 

Matériel d’urgence pour les soins

 

Il peut se prévaloir dans un sac à part entière car ils sont assez nombreux. Avant d’effectuer les soins, il faut penser à désinfecter et c’est pourquoi, des produits désinfectants sous l’aspect de crèmes, de sprays ou encore de lingettes doivent s’y trouver. Par ailleurs, les bandes de contentions ont leur rôle à jouer sont des essentiels qu’elles soient en crêpe, extensibles, adhésives, cohésives etc. ainsi que, le coussin hémostatique d’urgence pour stopper les blessures et les hémorragies.

Les compresses sont incontournables car selon les fonctions qu’on leur attribué, elles sont soit stérile, soit non stériles, soit de gaze, soit non tissée.

Les compresses de cryothérapie et de thermothérapie vont soulager les douleurs grâce à leurs propriétés de froid et de chaud. Des kits de soins pour les cas de brûlures sont également à prévoir pour affronter ces situations d’urgences comme la douche autonome, les pansements gras, les crèmes réhydratantes etc.

Il est à noter que cette liste de matériel n’est pas exhaustive.


Previous page: Maquillage de secourisme
Page suivante : Le brassard fluorescent