Le fonctionnement d’un insufflateur


La respiration est plus que nécessaire chez tout être vivant. Lorsqu’un évènement considérable survient à l’homme, sa réaction se vérifie le plus souvent avec sa respiration. Des expressions le soulignent d’ailleurs comme « avoir le souffler couper » etc. Etant témoin d’un accident ou d’un malaise survenant à autrui, la première chose que l’on essaie de voir, c’est si la victime respire encore et si oui, de quelle manière. Il faut dire que cette ventilation pulmonaire permet le transport de gaz vitaux, essentiels dans le bon fonctionnement de l’organisme, et dans le métabolisme humain avec les réactions chimiques qui s’opèrent. Par exemple, les cellules utilisent de manière métabolique le dioxygène.

C’est pourquoi, un arrêt respiratoire qui se traduit par l’inexistence de mouvement de respiration comme l’inspiration et l’expiration que ce soit au niveau du thorax ou de l’abdomen de la personne s’avère inévitablement fatal pour cette dernière. Puis, s’ensuit des conséquences plus que fâcheuses car, sans air ou oxygène, l’organisme troublé va a fortiori, être sujet à un arrêt cardiaque ou un arrêt cardio-respiratoire. L’arrêt cardio-respiratoire, c’est la suppression de l’activité mécanique du cœur. En cessant de jouer son rôle de pompe, qui permet la circulation du sang dans le corps et par conséquent, l’apport d’oxygène et de nutriments aux cellules de l’organisme, c’est tout l’organisme qui sera en danger et en détresse.

En fin de compte, c’est un cercle vicieux qui entraîne certainement la mort du patient si les choses sont laissées telles qu’elles se présentent.

C’est alors qu’intervient l’insufflateur après une nette désobstruction des voies aériennes.

 

Comprendre le fonctionnement d’un insufflateur par ses composants


Avant toute explication sur son fonctionnement, un insufflateur est un instrument qui sert à insuffler dans les voies respiratoires comme le larynx ou les fosses nasales, de l’oxygène ou des remèdes pulvérulents c'est-à-dire, des médicaments sous forme de poudre. Dans la majorité des cas, il est surtout utilisé pour la première fonction soit, l’administration d’oxygène.

Cet instrument va alors  permettre une excellente assistance ventilatoire manuelle que ce soit au niveau d’un adulte, d’un enfant ou d’un nourrisson en choisissant toutefois le modèle adéquat selon la capacité du ballon et la taille des masques.

En général, ces 4 éléments le constituent :

-          un ballon compressible auto gonflable qui va délivrer le volume d’oxygène nécessaire à la personne secourue chaque fois que le secouriste exerce une pression sur le ballon. Avec le système de ballon-réserve, l’efficacité de l’insufflation s’est accrue car il permet d’insuffler 100% d’oxygène.

-          Une valve d’admission, qui va remplir automatiquement le ballon d’oxygène

-          Une valve de non ré-inhalation qui permet d’éviter toutes fuites de gaz grâce au système de clapets (ouverture et fermeture selon que le patient inspire ou expire).

-          Un masque d’insufflation qui relie la valve de non ré-inhalation au patient.

-

Fonctionnement d’un insufflateur


L’insufflateur est également appelé ventilateur manuel. Ainsi, lors de la ventilation manuelle, le masque est à poser sur la face du patient en commençant par le bas (menton, joues, nez). Puis exercer les pressions manuelles sur le ballon sans avoir à le vider entièrement. L’insufflation s’avère efficace quand des mouvements thoraciques (gonflement à chaque insufflation suivi d’un dégonflement) se produisent.