Couverture de survie


Les conséquences d’un accident ou d’un malaise peuvent aller au-delà de simple blessure ou traumatisme. Il se peut que des cas d’hypothermie puissent s’ensuivre, ce qui est extrêmement dangereux car une température interne qui est inférieure à 35°C ne permet pas d’assurer le bon fonctionnement de l’organisme de l’être humain. En général, la descente de la température est due à une trop longue exposition au froid (eau, air, etc.).

Les soins et premiers secours d’urgence doivent donc comprendre l’utilisation de la couverture de survie ou couverture isothermique pour couvrir la victime en attendant que des secours professionnels prennent le relais car pour venir à bout d’une hypothermie, la manière active par frottement ou contact avec la chaleur n’est pas conseillée.

 

Description de la couverture de survie

 

Cette couverture de survie ou isothermique est à deux faces qui se reconnaissent par leurs couleurs : or et argent qui ont chacune leur particularité. La matière principale de sa fabrication est le fil polyester métallisé reconnu pour ses qualités résistantes et imperméables.

Une certaine épaisseur de la matière de base doit être respectée pour que la résistance soit efficiente.

La dimension standard de celle-ci est de 2.20 mètres de longueur et de 1.40 à 1.60 mètres de largeur pour un poids léger de 60 à 65 grammes.

La couverture de survie a pour attribut de résister à des températures extrêmes de froid (-10°C) et de chaleur (+ 40°C).

 

Utilisation de la couverture de survie

 

Les apports donnés dépendent de la face apposée contre le corps. En effet, la face dorée permet de lutter contre le froid, l’humidité, les intempéries et de conserver la température du corps. L’autre côté, qui est argenté, isole et a des facultés contraires : il protège de la chaleur et de l’insolation. Cela s’explique par la faculté du côté dorée à absorber la chaleur de 50% tandis que la face argentée réfléchie jusqu’à 90% du rayonnement infrarouge.

Si l’usage classique indique que pour lutter contre l’hypothermie ou la déperdition de chaleur, il faut exposer le côté doré vers l’extérieur et que pour lutter contre l’insolation c’est la face argentée qui doit être tournée à l’extérieur, une étude menée par la Planète Sciences remet ce mode d’utilisation de la couverture de survie en suggérant un usage contraire. Effectivement, elle prétend que pour que la conservation de la chaleur soit efficace, il faut placer la surface de la chaleur vers l’intérieur.

Pour expliquer l’émission de chaleur, il faut comprendre certains principes : à 37°C le corps humain rayonne et émet des photons qui sont des particules sans masses et animées par la vitesse de la lumière. Lorsque ces particules se trouvent opposées à une surface « noire »,  sa vitesse s’annule et l’énergie qui en résulte se transforme en chaleur. La couleur dorée a pour  disposition de réfléchir, de conserver et de communiquer cette chaleur à sa source d’émission qui est le corps humain.

Par ailleurs, il faut reconnaître que la couverture de survie est un élément hautement conseillé de la trousse de secours, surtout celle qui accompagne les déplacements en haute montagne, les randonnées, ou les expéditions car les températures changent sensiblement d’une heure ou altitude à une autre.

En outre, son utilisation est formellement déconseillée près des matières incandescentes, en cas d’orages, et lors d’une utilisation de défibrillateur.